Réveil.

8 septembre 2021. Je me suis réveillé à 5h30 devant l’aurore sur l’horizon, mais avec l’horreur dans ma tête,  ou plutôt la tempête dans mon cerveau. Impossible à arrêter. Le vent de mes pensés souffle et m’empêche de dormir en faisant craquer les murs de ma maison intérieur. Je suis fatigué. J’ai besoin de repos. […]

What a fatras (La fille à Jean-Louis: épisode 1)

Un soir d’automne, j’ai décidé d’écrire un texte. J’ai commencé à fouiller dans le glossaire madelinot et de me laisser inspirer par les mots de mes ancêtres… Voici l’épisode un d’une série de palâbres sur des personnages imaginaires.

*Les mots en gras sont des mots ou des expressions originaires des Îles-de-la-Madeleine.
Voir plus bas pour la traduction Madelinot-Français.


Emmène-woir la bouteille de rhum
Que j’gère ça comme un homme
Au pire un gros cruchon de bagosse
Histoire de tougher la run


Hier j’ai passé au hachis
Quand la mère de ma mère m’a surpris
Ressoud‘ avec la fille à Jean-Louis
Sur la gabarre, passé minuit


Elle m’a largué une couple d’éloises
Pour m’encalmer la jeunesse de l’ardeur
Dans la méprisance de son savoir
Elle m’a dit en choeur


 »As-tu vue son atricure?
C’est what a drôle d’amanchure
Je l’amarrerais ben sur le bout du tchai
Tellement elle me fait gorziller »


fait qu’on s’est enfuit en bateau
Dans le bout de la Light du Borgot
What a débarque, t’es pas peureux
Perdus dans le Chemin des Amoureux


Mais si son père ressoud icitte
Il va nous faire what a fatras
Dans le buttereau on se cachera
Le temps que la tempête s’amolzisse


On est couché dans le foin de dune
Son corps est en neige, pis l’mien est en feu
Les vaches nous regardent une à une
J’te dit que y’a d’l’amour à bout d’yeux!


En voulant faire une petite vite
On a fait peur au petit veaux
Mémé en godême de criss
Elle à voulu me lever la peau


J’ai été pleurer à l’échouerie
En attendant le vent du suroît
Mais as-tu su ce qu’il m’a dit?
Pas mal juste des grands armanas


Emmène-woir la bouteille de rhum
Que j’gère ca comme un homme
Au pire un gros cruchon de bagosse
Histoire de tougher la run

Les Sangsues

 »Je désires la popularité »
C’est ce que j’ai écrit il y a 15 ans
Dans mon album des finissants


J’étais timide et prudent
J’avais envie de me sentir aimé.
J’avais envie d’être accepté

…par tout le monde.

Mais quelque chose s’est passé
Ça s’appel le temps
Ça s’appel explorer les idées
J’ai fait ma confirmation

La popularité vient avec ses responsabilités
Les gens compte sur toi
Ils pensent que t’es une divinité
Que t’as ce pouvoir spécial qu’ils n’ont pas

Ils s’agrippent alors à toi
Comme des sales sangsues
Qui sucent ton sang sans but

Ils s’agrippent encore à toi
Comme des compagnies pétrolières affamé
Par l’appât du gain de ta popularité

Quitte à devenir socialement inadapté
Car mieux vaut être mal accompagné
Que seul et en plein divorce
Car c’est le nombre qui fait la force

T’es juste populaire, pour l’instant
Les sangsues comptent sur toi
Et si tu sais pas quoi faire avec ça
Tu va te faire sucer tout ton sang

…par tout le monde.


Références et inspirations ici