What a fatras (La fille à Jean-Louis: épisode 1)

Un soir d’automne, j’ai décidé d’écrire un texte. J’ai commencé à fouiller dans le glossaire madelinot et de me laisser inspirer par les mots de mes ancêtres… Voici l’épisode un d’une série de palâbres sur des personnages imaginaires.

*Les mots en gras sont des mots ou des expressions originaires des Îles-de-la-Madeleine.
Voir plus bas pour la traduction Madelinot-Français.


Emmène-woir la bouteille de rhum
Que j’gère ça comme un homme
Au pire un gros cruchon de bagosse
Histoire de tougher la run


Hier j’ai passé au hachis
Quand la mère de ma mère m’a surpris
Ressoud‘ avec la fille à Jean-Louis
Sur la gabarre, passé minuit


Elle m’a largué une couple d’éloises
Pour m’encalmer la jeunesse de l’ardeur
Dans la méprisance de son savoir
Elle m’a dit en choeur


 »As-tu vue son atricure?
C’est what a drôle d’amanchure
Je l’amarrerais ben sur le bout du tchai
Tellement elle me fait gorziller »


fait qu’on s’est enfuit en bateau
Dans le bout de la Light du Borgot
What a débarque, t’es pas peureux
Perdus dans le Chemin des Amoureux


Mais si son père ressoud icitte
Il va nous faire what a fatras
Dans le buttereau on se cachera
Le temps que la tempête s’amolzisse


On est couché dans le foin de dune
Son corps est en neige, pis l’mien est en feu
Les vaches nous regardent une à une
J’te dit que y’a d’l’amour à bout d’yeux!


En voulant faire une petite vite
On a fait peur au petit veaux
Mémé en godême de criss
Elle à voulu me lever la peau


J’ai été pleurer à l’échouerie
En attendant le vent du suroît
Mais as-tu su ce qu’il m’a dit?
Pas mal juste des grands armanas


Emmène-woir la bouteille de rhum
Que j’gère ca comme un homme
Au pire un gros cruchon de bagosse
Histoire de tougher la run

Navigateur

Demain, nous quitterons la terre
Je vous emmène mes frères
À la grâce de Dieu.

Explorateur de la noirceur
Je caresses mes obscures douleurs
Je ne sais pas, pas du tout, où je m’en vais
Je recherche un passage dans ce pénible marais

Pour récolter, à travers cette boue
Pour trouver la lumière au bout
Au risque de devenir fou

Je suis navigateur de l’esprit
Sombré dans l’oublie

Laissez moi vous guider
À travers cette mer agitée
Même si j’ai souvent échoué

Le pire est derrière
Alors, Fermez vos paupières
Car, j’ai trouver la lumière

Demain, nous trouverons la terre
Je vous emmène mes frères
À la grâce de Dieu.


pour Voir le texte original caché dans mon cahier à dessin